Les machines à sous constituent les jeux les plus populaires dans les salles de casino. Certains joueurs viennent même rien que pour jouer à leur machine favorite.

On trouve parmi ceux qui affectionnent ce type de jeu, des jeunes comme des moins jeunes, des hommes comme des femmes. Aujourd’hui, près de 80 % du bénéfice des casinos proviennent uniquement des machines à sous. C’est dire tout l’intérêt que lui portent ses inconditionnels.

Cet intérêt ne date pas d’hier. Les premières machines à sous sont en effet nées vers la fin des années 1890 et le jeu du bandit manchot est tiré en fait de l’un des épisodes des aventures de Lucky Luke. Charles A. Fey, un passionné de la mécanique, a commencé à construire des machines à sous dès 1895.

Cependant, ce ne fût qu’en 1905 que la première fût mise à la disposition du public, en portant le nom de « Liberty Bell ». Cette machine de casino est donc considérée comme l’ancêtre des machines à sous de « Bandit Manchot ». Le mécanisme à rouleaux des machines de l’époque se trouve éclipsé par la nouvelle star dans le domaine du jeu de hasard.

Celle de Charles Fey est en effet à roues et permet davantage de combinaisons possibles. Les joueurs l’ont ainsi tout de suite adoptée jusqu’à son remplacement par la machine de Bally, dans les années 1960. Au fait, qu’est ce qu’une machine à sous ?

C’est une machine aux mécanismes électroniques qui génère des combinaisons aléatoires dès l’insertion, généralement, d’une pièce ou d’un jeton. Elle ne requiert aucune habileté particulière, ce qui fait d’ailleurs son principal attrait.

Charles Fey était contre la commercialisation de son brevet, alors que les jeu de casino à la machine à sous marchait du tonnerre. Mills s’est de ce fait attaqué au marché en lançant d’autres machines identiques à celles de Fey, comme les Watling. Et le succès s’en va grandissant.

Pourtant la législation américaine ne fait pas particulièrement partie des partisans de la machine à sous, si populaire à l’époque. Mills décida donc d’amadouer les législateurs avec des bonbons et des fruits.

Les figures du fer à cheval, de l’As de pique, le cœur seront alors changés en prune, citron, menthe… La cloche a été toutefois maintenue en l’honneur de son précurseur. Et si elles sont encore utilisées aujourd’hui, le distributeur de bonbons quand à lui a tout simplement disparu.